A Travellerspoint blog

Day 188 - Manado

rain 35 °C

large_Screen_Sho..at_19_20_40.jpg

Nous retournons à l’aéroport pour un vol domestique cette fois-ci, direction Manado. C’est la préfecture de la province, au nord de l’île de Sulawesi. Cette île est majoritairement musulmane, sauf le nord autrefois colonisé par les Européens qui est catholique et le revendique clairement : les croix sont partout.

A notre arrivée, vers 15h, il pleut des cordes. C’est la fin de la saison des pluies, mais les averses sont encore courantes à cette période de l’année. Nous déposons nos sacs dans un hôtel de la ville, à côté du port, et nous partons nous promener.

large_IMG_6136.jpg

Il n’y a pas beaucoup de touristes sur cette île. Et notre ami australien Josh, blond, attire les regards curieux. Nous partons à la recherche de la billetterie pour le ferry publique qui va sur l’île Bunaken. C’est compliqué : sur place, les gens ne veulent pas nous renseigner sur le ferry, ils essaient de nous vendre un bateau privé, départ immédiat si on le souhaite, pour beaucoup plus cher. Nous refusons et nous continuons vers le marché.

Le marché près du port, et les femmes qui séparent les gousses d'ail :

large_DSC06568.jpg
large_DSC06579.jpg

Les mini-bus locaux, qui s'adaptent aux demandes, appelés mikrolets :

large_DSC06570.jpg

Il y a même un vrai centre commercial moderne à Manado, avec un Mc Do et KFC et une croix catholique :

large_DSC06572.jpg

Le volcan au large de la ville, Pulau Manadotua :

large_DSC06575.jpg

Posted by AliceEtVincent 04:13 Archived in Indonesia Comments (0)

Days 182 to 187 - Darwin

sunny 35 °C

C'est encore la saison des pluies à Darwin... ce qui veut dire que le taux d'humidité dans l'air est de 100%. Pas facile de rester dehors dans ces conditions. Heureusement notre petit hôtel du centre ville a une piscine, bien pratique pour nous rafraîchir.

large_IMG_6098.jpg

Même si Darwin est la capitale du territoire du nord (Northern Territory), la ville n'est peuplée que de 135,000 habitants. Et cela varie selon la saison : il y a plus de personnes pendant la saison sèche que pendant la saison des pluies. La ville a aussi été victime du cyclone Tracy à Noël 1974, qui a détruit partiellement la ville. Les vieux bâtiments n'ont pas résisté, et c'est pour cela que l'architecture actuelle ne fait pas rêver.

De nouvelles résidences le long de la côte ont vu le jour ces 5 dernières années :

large_DSC06562.jpg

Nous flânons dans le centre ville piéton, et nous allons visiter les tunnels de la 2nde guerre mondiale. Darwin avait en effet un positionnement stratégique : c'est la ville la plus au nord de l'Australie, la ville la plus proche du Japon, et donc la première terre ennemie des pays de l'Axe (Allemagne, Italie et Japon) dans le Pacifique. Les Australiens ont donc décidé de construire en plein centre ville des réservoirs d'essence afin que les pilotes des pays alliés puissent se réapprovisionner. Deux de ces tunnels sont ouverts pour le tourisme.

Le centre ville, et le tunnel n°6 :

large_DSC06560.jpg
large_DSC06566.jpg

Il y a beaucoup de plages autour de Darwin mais aussi de la mangrove partout. L'eau est plus chaude que l'extérieur donc très peu d'intérêt pour la baignade (sans oublier le risque de croco...)

large_IMG_6119.jpg

Nous allons aussi au musée militaire, centré sur les événements du 19 Février 1942, qui correspond au 1er bombardement sur les terres australiennes. Ce jour là, 188 avions japonais menèrent un 1er raid à 10h et bombardèrent Darwin. Un 2ème raid suiva 2h plus tard. 235 personnes furent tuées ce jour là. Cette attaque est souvent comparée par les locaux avec celle de Pearl Harbor, qui a eu lieu quelques semaines plus tôt, et plus médiatique. En comparaison, 681 bombes sont tombées sur Darwin, contre 457 sur Pearl Harbor. Mais la grande différence est aussi le nombre de victimes : plus de 2,400 personnes du côté américain. Et les Etats-Unis avaient déjà déclaré la guerre, ce qui n'était pas le cas de L'Australie avant ce bombardement.

La fanfare de l'armée qui joue sur une place publique :

large_DSC06559.jpg

Nous rejoignons notre ami Josh et il nous fait découvrir le coin. Beaucoup de rivières, et de criques aussi. Attention donc aux crocodiles. On peut voir d'ailleurs des pièges dans les cours d'eau.

large_IMG_6108.jpg
large_IMG_6120.jpg

De par sa situation géographique, Darwin est la ville de départ parfaite pour Bali : c'est à 2h30 de vol seulement, et les vols ne sont pas chers. C'est même moins cher d'aller en Indonésie qu'à Sydney, c'est pour dire. Avec Josh, nous profitons donc de cette opportunité pour retourner en Indonésie et faire une autre île que nous avions prévu initialement : Sulawesi. Mais avant cela, il faut aller chez le médecin pour avoir une ordonnance de Doxycycline, contre le paludisme. Nous en profitons pour faire quelques achats, comme une paire de Keen et une moustiquaire, l'hébergement est réputé pour être très basique là-bas.

Coucher de soleil face à la mer :

large_IMG_6127.jpg

On fait le sac, puis départ de Darwin pour Bali. On passe la nuit à proximité de l’aéroport pour le vol domestique du lendemain.

Zoom sur… l'Anzac Day

Anzac est l'acronyme de Australian and New Zealand Army Corps. Cette journée commémore la bataille de Gallipoli entre les Australiens et Néo-Zélandais et l'armée ottomane en 1915, pendant la 1ère guerre mondiale et l'engagement des troupes australiennes et néo-zélandaises en France et en Belgique. Cette journée est célébrée le 25 avril et est très importante pour les Australiens. Il y a des émissions spéciales à la télévision, des reportages sur les conflits passés et actuels impliquant les soldats de l'armée australienne.

Zoom sur… l’alcool dans le Territoire du nord (Northern Territory)

Ici, l’alcool est un vrai problème, pour les Australiens mais surtout pour les Aborigènes. Dans les grandes villes, une loi leur interdit d’en acheter et il est interdit d’en ramener dans leur communauté (en milieu rural). Pour l’exécuter, des policiers sont devant chaque entrée de magasins d’alcool, pour éviter qu’ils demandent aux passants d’en acheter pour eux. A la campagne, ils ont des quotas de bières qu’ils peuvent acheter : à Wycliffe, nous avons vu une voiture de 4 adultes venus prendre leurs packs de 6 bières. Le gérant a pris leur carte, noté leur passage, et leur a demandé de ne pas essayer de venir avant la semaine suivante (ils ont droit à 1 pack par semaine). Triste scène à voir.

Posted by AliceEtVincent 05:46 Archived in Australia Comments (0)

Days 176 to 181 - Katherine, Nitmiluk & Litchfield Nat. Park

Le centre rouge : remontée vers Darwin

sunny 37 °C

large_Screen_Sho..at_21_54_04.jpg

La remontée sur l'autoroute est longue. Il y a beaucoup de kilomètres à parcourir, et sur les conseils des locaux nous partons tôt le matin, roulons 6h environ par jour, et posons la tente en milieu d'après-midi, bien avant la tombée de la nuit. Evidemment, chaque lieu particulier est un prétexte pour faire une pause et découvrir quelque chose de nouveau.

1er jour :

Nous faisons un arrêt à Wycliffe, une roadhouse, la capitale des ovnis (UFO). Ils affichent plein d’articles de presse, il y a des jouets d’extraterrestres verts partout. Sympa le décor.

large_DSC06379.jpg
large_DSC06380.jpg

Nous faisons aussi un arrêt aux Devils Marbles, pour voir les gros cailloux au milieu de ce paysage tout plat.
Ce paysage est le résultat d'un long processus commencé il y a 1,7 milliards d'années, lorsque du magma fondu a pénétré une couche de granite. En se refroidissant, des fissures sont apparues dans la roche. Puis avec le vent et le pluie, l'érosion a enlevé la couche de grès au dessus du granite. Et voilà le résultat.

large_DSC06385.jpg
large_DSC06392.jpg
large_DSC06395.jpg

Bon en fait on déconne sur la partie géologie, c'est Alice qui a cassé la pierre en deux :

large_DSC06400.jpg

Et Obelix a déposé 2, 3 menhirs au dessus du tas :

large_DSC06402.jpg

Après un arrêt rapide à Tennant Creek, ville connue pour sa mine d’or, nous reprenons la route jusqu’à Banga-Banga. Il n’y a qu’une maison au bord d’un terrain de camping. Mais ici, pour la première fois depuis longtemps, ils ont de l’eau de source, et elle est bien meilleure à boire que celle traitée chimiquement. Le paysage commence à changer également, il y a plus de vert autour de nous.

large_DSC06411.jpg

Des thermitières :

large_DSC06417.jpg

La roadhouse de Banga-Banga, vue du sommet de la colline :

large_DSC06419.jpg

2ème jour :

Le lendemain matin, nous passons les petites villes d’Elliot, Daly Waters, puis Larrimah, jusqu’à Mataranka. Arrivés à 17h, nos vêtements mouillés par la transpiration, nous nous précipitons dans un bassin de source. Il fait bien meilleur dans l’eau. Nous allons dans un camping, proche d’un autre bassin, moins touristique : Bitter Springs. Malheureusement, un crocodile a été vu plus tôt dans la journée, et les bassins sont désormais fermés.

La roadhouse de Daly Waters (c'était une base pour les pilotes pendant la 2nde guerre mondiale) :

large_DSC06445.jpg

Beaucoup d'humour dans ce lieu-dit...

large_DSC06448.jpg

Le bassin d'eau de source d'Elsey National Park :

large_DSC06456.jpg

Les berges de la rivière :

large_DSC06460.jpg

Bitter Springs... fermées...

large_DSC06463.jpg

Zoom sur… les crocodiles

Il y a deux sortes de crocodiles en Australie :
- les crocodiles d’eau douce (fresh water) : son régime alimentaire est à base de poissons. Il pêche la nuit, et ne s’attaque pas aux humains (d'ailleurs sa mâchoire n'est pas assez grande pour nous croquer). Il n’est pas naturellement agressif, donc les accidents sont rares,
- les crocodiles d’eau de mer (salty water) : eux sont carnivores et très dangereux. Les crocodiles de plus de 2m s’attaquent aux humains. Ils remontent les rivières d’eau douce pendant la saison humide, lorsque le débit d’eau leur permet de franchir les obstacles. Ils vivent dans les criques et peuvent patienter plusieurs moins avant de manger. Lors de la saison sèche, le niveau d’eau dans les rivières baisse et les rangers capturent ceux restés dans les terres. Ils sont soit relâchés dans un autre endroit, soit donnés à des zoos. Certains finissent aussi dans les fermes à crocodiles.

3ème jour :

Les locaux n’ayant pas trouvé le fameux crocodile pendant la nuit, le bassin de Bitter Springs est toujours fermé. Pas de baignade pour le moment. Nous voyons quand même quelques animaux, dont un gros iguane et une tortue.

large_DSC06465.jpg

Nous partons vers Katherine, direction le parc national Nitmiluk et la gorge Katherine. Nous faisons la promenade jusqu’au point de vue, mais il fait vraiment très chaud l’après-midi. Nous posons notre tente dans le camping à côté du centre d’information. Et nous nous précipitons dans la piscine pour nous rafraichir.

4ème jour : le parc national Nitmiluk

Le lendemain, rendez-vous à 9h pour faire un tour en bateau dans les gorges. Le tour dure 4h, et inclus 3 gorges plus une baignade. Les guides nous expliquent la signification des peintures sur les murs, et nous précisent que le bassin dans lequel nous nous baignons était l’endroit où les femmes enceintes de la tribu aborigène donnaient naissance.

Des chauves-souris dorment à l'ombre des arbres :

large_DSC06472.jpg

Les paysages des gorges :

large_DSC06475.jpg
large_DSC06495.jpg
large_IMG_6091.jpg

Les chutes d'eau et le bassin où les femmes aborigènes donnaient naissance :

large_DSC06506.jpg

Après un déjeuner léger, nous n’avons pas la motivation de tout ranger et décidons de rester une nuit supplémentaire. Au programme : piscine.

Zoom sur… les noms des lieux dans le Northern Terrotory

Les noms de cette région d'Australie ont été donnés par les colons originaires de Grande Bretagne. Les explorateurs avaient besoin de financement pour organiser leurs périples ; en remerciement, ils ont donné les noms de leurs généreux donateurs (et souvent hommes politiques qui ont permis ces expéditions) aux lieux qu'ils découvraient au fur et à mesure. Sir Dominick Daly, par exemple, était le gouverneur de l'état de South Australia en 1861. C'est aussi le nom donné à une rivière (Daly river) et à un village (Daly Waters). Une ville, Katherine, a été nommée en l'honneur d'une de ses filles. C'est aussi le cas de Sir Richard Graves MacDonnell, dont le nom a été donné à un parc national à l'ouest d'Alice Springs (billet précédent).

5ème jour : Edith Falls

Nous partons dans la matinée pour les chutes Edith Falls. Ici pas de crocodile, ils ne peuvent pas remonter les chutes d'eau. En revanche le grand bassin près du parking est lui fermé car les crocros sont là ! Au final, il faut bien lire les panneaux ici, question de survie :)

Après 30 minutes de marche nous arrivons aux chutes d'eau d'Edith:

large_DSC06520.jpg
large_DSC06522.jpg
large_DSC06525.jpg
large_DSC06527.jpg

Après une bonne baignade et un déjeuner léger sur place, nous continuons la route pour le parc national Litchfield. Nous arrivons vers 16h au camping. Nous posons la tente sur l’herbe et nous nous précipitons vers la piscine : le climat a changé et l’air est beaucoup plus humide.

6ème jour : le parc national Litchfield

Nous enfilons nos maillots de bain, le parc offre de belles opportunités de baignade. Nous commençons par les Magnetic Termite Mounds.

large_DSC06530.jpg

Les termites ont construit des tours de plus de 2m de haut (pouvant aller jusqu’à 5m ou plus). Malheureusement les rangers n’ont pas coupés l’herbe et ici cela veut dire qu’elle couvre les petites termitières de 2m… Nous allons ensuite aux chutes Florence, pour une baignade. C’est calme, sauf lorsqu'un car d’un tour-opérateur arrive avec 30 personnes. Puis nous allons à Buley Rockhole, qui prend la forme de plusieurs petits bassins les uns à la suite des autres.

Florence Falls :

large_DSC06531.jpg

Buley Rockhole :

large_DSC06545.jpg

Au centre du parc, il y a un endroit qui reste submergé par l'eau et que permet à la faune de boire (Tabletop Swamp) :

large_DSC06546.jpg

Les chutes les plus connues du parc, les Wangi falls. Impossible de se baigner pendant la saison des pluies à cause des risques de crocodiles :

large_DSC06552.jpg

Il y a beaucoup de choses à faire dans ce parc, mais une grosse moitié des lieux est fermée pendant la saison des pluies (et donc en ce moment) pour 2 raisons principalement :
- les routes sont impraticables, même pour les 4x4, les rangers attendent que la boue sèche,
- il y a des crocodiles, et il faut attendre que les rangers sécurisent les lieux avant la réouverture.

Un véhicule immatriculé en Allemagne vu sur le parking du parc... tout le monde ne voyage pas avec le même niveau de confort !

large_DSC06543.jpg

Puis nous quittons le parc, direction Darwin, par la piste en graviers.

Nous arrivons à Darwin en fin de journée. Il fait très lourd, nous transpirons de partout. Heureusement il y a une piscine, et cela fait du bien.

Zoom sur... les panneaux qui indiquent la ville la plus proche

En Australie, la distance entre les villes peut être très grande. Mais en dehors des zones urbaines de la côte du sud-est, il n'y a pas grand monde et les routes sont moins fréquentées. Alors pour annoncer la distance de la "ville" la plus proche (un endroit où il y aura une station essence et une épicerie, au minimum, il y a des petits panneaux verts tous les 10km avec la première lettre de la ville pour indiquer le trajet à parcourir, comme ici dans cet exemple : la ville de Mataranka est à 260km de ce point.

large_DSC06439.jpg

Il y a aussi des panneaux dans les lieux touristiques afin de montrer que l'on se trouve au milieu de nulle part.
Par exemple ici à Banga-Banga à mi chemin entre Alice Springs et Darwin :

large_DSC06418.jpg

Posted by AliceEtVincent 06:52 Archived in Australia Comments (0)

Days 173 to 175: From Kings Canyon to Alice Springs

Kings Canyon, le parc national West MacDonnell et la ville Alice Springs

large_Screen_Sho..at_21_50_29.jpg

Lever matinal pour pouvoir faire le circuit de Kings Canyon, qui ferme à 9h lorsque les prévisions météo sont de 36 degrés ou plus. A 6h30, nous voici debout et nous nous préparons à partir. Après 40km, nous sommes au panneau d’information à 7h30. Le temps indicatif est de 3h – 4h pour faire les 6km, et le circuit est classé comme difficile avec une ascension au début. Le nombre de groupes est important, nous les doublons au fur et à mesure. Après 2h, nous finissons le circuit.

Le paysage sur la route est invariablement le même :

large_DSC06192.jpg

Le panneau d'information à l'entrée :

large_IMG_6047.jpg

Les paysages sur le parcours :

large_IMG_6049.jpg
large_IMG_6063.jpg
large_DSC06217.jpg

La vue sur le plateau, après la montée :

large_DSC06220.jpg
large_DSC06225.jpg

Le versant opposé. La dernière chute de pierres date des années 30.

large_DSC06241.jpg
large_DSC06244.jpg
large_DSC06250.jpg

L'érosion due à la pluie a créé ce paysage particulier, comme des bosses :

large_DSC06258.jpg
large_DSC06267.jpg

Nous continuons la route en direction du parc national West MacDonnell. Après un arrêt sur une vue panoramique du coin, nous pique-niquons à Redbank Gorge. Nous rencontrons un père de famille avec ses fils, qui en reviennent. Ils nous disent que pour en profiter il faut y aller en maillot de bain, et traverser les bassins à la nage. Nous voici avertis, et nous partons en maillot, avec nos chaussures d’eau et la GoPro.

large_DSC06273.jpg

La gorge Redbank :

large_GOPR1352.jpg
large_GOPR1371.jpg
large_DSC06283.jpg

Après une bonne baignade, nous partons aux gorges de Glen Helen où nous posons la tente pour la nuit. Le menu de la roadhouse est appétissant et nous en profitons pour y diner. Pour une fois, il n’y a pas que des burgers au menu !

large_DSC06285.jpg

Un insecte bien gros (une sorte de sauterelle tigre) sur la lumière du préfabriqué qui fait office de sanitaires au camping :

large_DSC06289.jpg

On nous recommande de faire le circuit de la gorge Ormiston. Sur le panneau, il est précisé que certaines parties de la boucle ne peuvent se faire qu’à la nage. Nous avons nos maillots de bain sur nous et nos chaussures d’eau, donc nous sommes prêts. Et effectivement, il a fallu traverser la rivière à la nage, ce qui n’est pas mauvais après 3h de marche sous le soleil.

large_DSC06295.jpg
large_DSC06312.jpg

Comme il a plu un peu les semaines précédentes, les paysages sont verts et il y a des points d'eau.

large_DSC06318.jpg
large_DSC06325.jpg

Un long-nosed Water Dragon :

large_DSC06327.jpg

Une nageuse professionelle :

large_DSC06331.jpg

Après le déjeuner, nous partons pour une autre creek, une autre baignade rafraichissante à la clé : Ellery Creek Big Hole.

large_GOPR1427.jpg

Nous finissons la journée à Standley Chasm, lieu géré par des Aborigènes. C’est le seul lieu payant dans le parc : tous les autres, gratuits, font partie du parc national et sont maintenus par des Australiens. Mais ici, les gérants ont décidé de faire payer l’entrée 12$ par personne.

large_DSC06337.jpg

Après avoir pris la photo souvenir, nous partons pour Alice Springs. Sur la route, nous voyons des voitures abandonnées. Le remorquage et les réparations coûtent en général chers et les gens préfèrent les laisser sur le bas côté (souvent des touristes comme nous). Les plaques d'immatriculation sont enlevées pour ne pas remonter au propriétaire.

large_DSC06336.jpg

Arrivés à Alice Springs, nous allons à Anzac Hill pour le point de vue panoramique.

large_DSC06342.jpg

Nous faisons les courses dans l’un des deux centres commerciaux de la ville et le plein d’essence. Il y a plusieurs restaurants exotiques et nous avons l’opportunité de manger indien, ça change !

Après 4h en ville, nous reprenons l’autoroute (Stuart Highway) et nous arrêtons à Ti-Tree, une roadhouse. Il y a une piscine dans le camping, et nous sommes visiblement les seuls touristes ce jour là. En revanche il y a quand même quelques hommes dans la construction qui dorment ici.

Nous traversons le Tropique du Capricorne en chemin, et nous passons devant The Anmatjere Man, une statue de 17m à Aileron, à 150km au nord d'Alice Springs.

large_DSC06346.jpg
large_DSC06350.jpg

Zoom sur… Alice Springs

Cette ville, en plein centre du pays, est placée sur toutes les mappemondes. Mais dans les faits, c’est une ville de seulement 25,000 habitants ! La communauté aborigène y est très présente, et beaucoup d’Australiens n’y sont que de passage, pour des projets de quelques mois (comme la construction).

Posted by AliceEtVincent 06:37 Archived in Australia Comments (0)

Days 169 to 172: Uluru

sunny 36 °C

Encore de la route, beaucoup de route avant d’arriver à notre destination finale, Yulara, le complexe hôtelier-commercial à côté d’Uluru.

La frontière entre l'état de South Australia et le Northern Territory :

large_DSC06120.jpg

Sur le chemin, nous faisons une pause au Mount Connor lookout, qui donne déjà un bon aperçu du paysage local. La terre est rouge et il n’y a pas beaucoup de végétation.

large_DSC06124.jpg

On a cru à Uluru mais on était 100km trop loin :

large_DSC06126.jpg

Un lac de sel sans eau :

large_DSC06128.jpg

Nous faisons également une pause dans un ranch pour le déjeuner : Curtin Springs cattle station , petite propriété de plus d’1 million d’acres (plus de 4,000 km2, soit 100km de long pour 40km de large). Lorsqu’une famille anglaise s’est installée en 1956 pour y monter un élevage de vaches, ils ne savaient pas à quel point l’eau était rare : il pleut ici tous les 7 ou 8 ans ! Depuis ils ont creusé et pompent l’eau dans les nappes. Et ils l'utilisent comme moyen de regroupement pour le troupeau (20,000 bêtes). Ils ouvrent ou ferment les robinets en fonction du lieu où les vaches doivent se regrouper.

Nous arrivons à Yulara vers 16h. C’est un peu comme Disneyland ici, tout est indiqué avec des panneaux au design unique au lieu, le camping et les hôtels entourent le centre commercial qui regroupe des magasins de souvenirs, une poste et une supérette. Il y a aussi un espace dédié aux bars et restaurants, et un office de tourisme multi langues évidemment. A noter : la consommation d'alcool est régulée même pour les adultes, il faut un papier de l'hôtel ou du camping pour pouvoir commander une boisson. C'est pour éviter que les Aborigènes n'y accèdent.

Il n’y a qu’une seule route qui mène à Uluru, donc on ne peut pas se tromper. 2 tickets sont proposés :
- le pass 3 jours (25$)
- le pass à l’année (32,50$)
Pas beaucoup de questions à se poser. Nous prenons notre pass et allons ensuite à un parking pour assister au coucher du soleil. Il y a du monde, ce sont les vacances scolaires pour l’état du Victoria.

large_DSC06143.jpglarge_DSC06145.jpg

Zoom sur… Uluru

Uluru est un gros rocher de 348m de haut, soit un peu plus grand que la Tour Eiffel. Il fut découvert par les Européens lors de la construction de la ligne télégraphique dans les années 1870. Mais c’est seulement vers 1930 que le tourisme commença (il n’y avait pas de route à l’époque). En 1958, la zone fut déclarée parc national, géré par les Australiens. Mais le peuple aborigène local (appelé pudiquement par les Australiens traditional owners), les Anangu, réclama la propriété des terres. En 1976, une nouvelle loi reconnut les droits des Aborigènes, The Aboriginal Land Rights Act. Après une campagne acharnée, les Anagu retrouvèrent la propriété d’Uluru en 1985 et signèrent un contrat d’exploitation avec le gouvernement pour 99 ans. La gestion du parc se fait en partenariat avec le peuple local et une partie du prix du billet leur est reversée.

2ème jour

Nous allons cette fois-ci au pied du rocher et commençons une balade (Mala Walk). Le circuit est aménagé avec des sentiers et des plateformes en bois pour ne pas marcher sur la végétation. Le niveau de difficulté est très facile, tout est plat.

large_IMG_6028.jpglarge_IMG_6030.jpg

Nous allons aussi aux Monts Olgas (Kata Tjuta) à 40km de là. Petite promenade d’1h aller-retour, dans la gorge Walpa. Mais il commence à faire très chaud, nous décidons de rentrer au camping pour rester à l’ombre.

large_DSC06154.jpglarge_DSC06157.jpg

A noter : lorsque la météo annonce des températures de 36 degrés ou plus, certains chemins sont fermés à partir d’une certaine heure : 8h, 9h ou 11h selon les pistes, leur difficulté et leur exposition au soleil.

3ème jour

Nous allons de l’autre côté d’Uluru, celui qui est exposé au soleil en premier. Nous y allons tôt pour éviter la chaleur. Le chemin se fait en 40 minutes, on y voit des grottes où les Aborigènes se réfugiaient. Chaque grotte avait un but précis et regroupait un type de population : les hommes d’un côté, les femmes de l’autre, et les personnes âgées qui gardaient les enfant dans une autre. Il reste au plafond des peintures qui témoignent de leurs rites. Et les bêtes venaient boire l'eau des bassins au pied du rocher.

large_DSC06175.jpglarge_DSC06176.jpg
large_DSC06174.jpg

Nous retournons au panneau d’information principal vers 10h et nous voyons des gens qui finissent l’ascension d’Uluru. Comme les températures prévues sont au dessus de 36 degrés, la route a été fermée dès 8h pour empêcher les insolations. Il est estimé qu’il faut 2 à 3h pour faire l’aller-retour du sommet.

Nous allons ensuite au centre d’information/musée juste à côté qui explique l’histoire du peuple local, ses légendes et ses traditions. Il y a aussi un espace de vente, avec des objets taillés dans le bois et des peintures.

Nous dinons à l'extérieur du camping pour une fois. Au menu, des brochettes de viande. Mais des viandes plutôt exotiques, c'est l'occasion d'essayer :
- ému
- kangourou
- chameau
- crocodile

Conclusion : c'est différent :)

4ème jour

Nous nous levons très tôt pour notre dernier jour afin de voir le lever du soleil. La lumière est jolie, mais le coucher du soleil est plus spectaculaire de notre point de vue.

large_DSC06188.jpg

Nous retournons au panneau principal pour voir si l’ascension d’Uluru est ouverte, mais ce jour là le sentier est fermé pour cause de vents forts au sommet.

Nous rentrons au camping pour plier la tente et après avoir fait le plein de nourriture nous partons pour Kings Canyon à 350km de là. Le paysage est invariablement le même sur toute la route.

large_DSC06192.jpg

Nous arrivons au camping (roadhouse) en fin d’après-midi. Surprise : la gérante est australienne, mais toute l’équipe est chinoise et ne parle que très peu anglais. Nous sommes ensuite témoins d’une conversation surréaliste où la gérante se plaint que l’un d’entre eux a pris une pause alors qu’un car de touriste venait de commander à manger, et qu’il réclame 1,5 jour de repos par semaine alors qu’elle avait bien précisé les conditions de travail avant leur arrivée et qu'une seule journée de repos est prévue.

Dans cette roadhouse, il y a aussi un élevage de chameaux. Coucou !

large_DSC06211.jpg

Zoom sur… faire ou ne pas faire l’ascension d’Uluru

large_DSC06181.jpg

Cette question est un sujet sensible ici. Plusieurs panneaux à l’entrée demandent aux gens de ne pas grimper le rocher, pour plusieurs raisons :
- c’est dangereux, il y a eu 35 morts par le passé (crises cardiaques essentiellement),
- le peuple aborigène local considère ce rocher comme sacré et ne souhaite pas que des gens fassent l’ascension. Par respect pour les traditions locales, il est demandé de ne pas la faire. Ils disent aussi se sentir responsables lorsqu’un accident arrive et ne veulent pas que les touristes en gardent un mauvais souvenir.

Dans tous les cas, les opportunités de faire l’ascension sont limitées pour plusieurs raisons :
- lorsque les prévisions météo sont de 36 degrés ou plus, le chemin ferme à 8h le matin (ce qui a été le cas pendant nos 3 jours),
- lorsqu’il y a du vent au sommet, la piste est fermée dès l’ouverture du parc (ce qui est arrivé le 1er et le 3ème jour),
- lorsqu’il y a des cérémonies aborigènes : l’accès est interdit.

Le parc national a pour projet de fermer de façon permanente le chemin qui mène jusqu’en haut, mais aucune date n’est donnée. Aussi, il semblerait que la communauté aborigène soit divisée sur le sort à lui donner : une partie souhaiterait démonter la corde qui fait office de rampe pour que le rocher retrouve son état d’origine, une autre souhaiterait installer des infrastructures plus sûres et faire payer un ticket séparé pour la montée. L’avenir nous dira quel camp l’emportera.

Posted by AliceEtVincent 22:07 Archived in Australia Comments (0)

(Entries 41 - 45 of 110) « Page .. 4 5 6 7 8 [9] 10 11 12 13 14 .. »